• P2202402Lorsque l'on vaque à ses occupations quotidiennes, on a rarement le temps de lever le nez en l'air et de se poser pour observer son environnement. Si, si, levez les yeux, vous serez supris. Par exemple, vous autres, Marvejolais ou Marvejolais, avez-vous déjà observé attentivement les éclairages publiques du vieux centre ville de Marvejols ? Vous allez me dire : Elle n'a pas la lumière à tous les étages celle-là à nous parler des lampadaires ! Et pourtant, ils ont une petite histoire à nous apprendre.

    Sur les photos jointes à ce présent billet, vous pouvez remarquer une belle rampe en fer forgé. Au milieu du lampadaire, l'oeil ne fait pas attention au prime abord du dessin moulé. Si, si ! Regardez-bien, on y détecte un bateau ! Un bateau ?! Pourquoi diable  la ville de Marvejols aurait mis des lampadaires public avec un bateau alors que toute mer et océan sont à des heures de route de ce lieu ?

    Certains d'entre vous auront parfaitement reconnu le blason : il s'agit bien du blason de la ville de Paris !

    Lorsque la ville de Marvejols a éclairé ses rues au gaz, elle a racheté les lampadaires de la ville de Paris qui était entrain de se doter d'un éclairage public à l'électricité. Aujourd'hui encore, cette infime partie de Paris au coeur de la Lozère est encore visible !

    Alors, levez les yeux !

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    2 commentaires
  • P2202396Si un jour vous vous promenez dans un petit village Lozérien, ne soyez pas surpris de découvrir de drôles de fleurs séchées accrochées aux portes des maisons et granges. La Cardabelle, ou Carline à feuille d'acanthe, est une plante sauvage de la famille des Composées (proche de l'artichaut).

    Elle fleurit en été et au début de l'automne en montagne, le plus souvent dans les prés secs. Le nom générique Carlina a été emprunté à l'italien. C'est une probable variante de cardina, dérivé de cardo (= chardon), le mot s'étant croisé avec Carlo (= Charles) sans doute sous l'influence d'une légende voulant qu'un ange ait montré à Charlemagne l'espèce en la lui présentant comme un remède contre la peste.

    Souvent recherché et cueilli pour son aspect très décoratif, ce chardon sert de baromètre : la plante voit son capitule se refermer à l'approche du mauvais temps. Le capitule se conserve séché et est souvent accroché aux portes des maisons de certains villages, en guise de porte-bonheur et de protection.

    La cardabelle est en voie de disparition et est désormais protégée. Autrefois, on mangeait son cœur comestible, ses feuilles épineuses servait à carder la laine des moutons, sa racine était considérée comme remède contre de nombreux maux et maladies.
    Voir taille réelle

    Voici deux photos que j'ai prise récemment dans Marvejols en Lozère accrochée aux portes.

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    votre commentaire
  • 295555_314001192055109_276840736_nAu quotidien, je suis une fan des réseaux sociaux en tous genres. Il y en a tellement, que des fois j'arrive à m'y perdre. D'ailleurs, j'ai relié mon facebook à mon twitter pour aller plus vite... Au petit déjeuner, à midi ou le soir, il ne se passe pas une journée où je ne jette pas un petit coup d'oeil sur mon "mur" virtuel. J'apprécie particulièrement les belles photos qui sont publiées au fil de journée.

    Aujourd'hui, je vais partager mon gros coup de coeur découvrert sur facebook. Je surveille cette page tous les jours et je ne me lasse pas de regarder toutes les trouvailles de sa créatrice. Ne me demandez pas son nom, car je n'en ai aucune idée... Le facebook et le blog sont publiés en italien. Or, je ne parle et ne comprends pas un seul mot de cette langue. Vous l'aurez compris, je me contente uniquement d'admirer les images partagées. Ce qui est plutôt bien avec Facebook, c'est  la possblité de manifester son contentement grâce au petit logo "J'aime". Pas besoin de parler la même langue pour se faire comprendre.

    Je vous invite à devenir fan de sa page si vous aimez la décoration, les petites trouvailles et toutes ces choses qui rendent la vie plus belle !

    En prime, je vous met quelques photos ici-même pour vous donner une ambiance générale de la page et je vous l'avoue très franchement, je n'ai pas su quelles photos partager tellement il y a de jolies choses !

    Devenir fan : Chèri
    Visiter le blog : Chèri

    67375_315514458570449_82688149_n75532_314004672054761_1228104584_n421569_316673368454558_730989621_n482550_315677355220826_474434343_n550434_542489755774814_1916840374_n733913_314983811956847_2015994640_n


     


    votre commentaire
  • la véritable cuisine de famille3

    Je l'avoue bien franchement., je ne suis qu'une piètre cuisinière... La faute à la vie. Mais il faut bien manger et de temps en temps, je sors mes livres de cuisine et je mijote un bon (ou pas) petit plat. Je suis jeune, donc j'ai encore pas mal d'années pour tester mes performances ou désastres sur mon cobaye préféré : mon homme.

    Aujourd'hui, je vous présente mon plus vieux livre de cuisine. Il n'est pas dans un état formidable : il a bien vécu le pauvre. Sa couverture est presque illisible et le papier est bien jauni. Il est bourré de petits morceaux de papiers, d'astuces et recettes, écris à la main par son ancienne propriétaire (une vieille dame).

    Son titre "La véritable cuisine de famille" par Tante Marie, était le livre à offrir à toute nouvelle mariée se mettant en ménage. Aux Editions A.TARIDE - 18 & 20 Boulevard Saint-Denis Paris.

    "La bonne et vieille cuisine française"

    Oui, oui ! Oubliez les termes de verrines, siphons... que de la bonne et vieille cuisine de famille. 1000 recettes et 500 menus (rangés par mois et saison). Le cadeau parfait pour toutes les femmes en 1935. (Les hommes n'avaient pas encore ce genre de lecture dans leur book-liste)

    Voici un extrait de la partie : Invitations et préséances

    " Les inivitations à un repas (généralement un dîner) doivent se faire huit ou dix jours à l'avance. L'invité doit répondre aussitôt que possible et, dans le cas d'un refus, donner une excuse plausible. En acceptant une invitation à dîner, on s'engage moralement à rendre une politesse semblable dans le courant du mois suivant.

    Une Maîtresse de maison doit mettre tout en oeuvre pour contenter ses invités et leur rendre sa masion agréable : le choix des convives à un même repas a donc une grande importance. Il faut autant que possible rassembler autour d'une même table des personnes de situation et d'éducation égales, pour sympathiser dans la conversation qui ne manquera pas de s'engager entre les invités.

    Les présentations ont lieu au fur et à mesure de la venue des invités qui doivent arriver à l'heure exacte donnée par la Maîtresse de maison. Celle-ci à la tâche délicate de placer ses invités avec discernement.

    Le Maître et la Maîtresse de maison occupent le milieu de la table, en face l'un de l'autre. Les places d'honneur sont à leur droite et se donnent à la dame et au monsieur les plus âgés ou aux personnes auxquelles on veut rendre spécialement une politesse. Les places de gauche sont occupées par la seconde dame et le second monsieur que l'on veut honorer également par rang d'âge parmi les invités - et ainsi de suite.

    Chacun attend alors derrière sa chaise que la Maîtresse de maison ait donné le signal pour s'asseoir. C'est également la Maîtresse de maison, qui en se levant, donne le signal pour se retirer de table."

    Je n'hésiterais pas à partager quelques recettes ici-même !

    la véritable cuisine de famille

     

    la véritable cuisine de famille 2

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    votre commentaire
  • P2202443

     

    P2202371

     

    P2202373P2202374P2202377P2202376P2202378P2202379P2202384P2202389P2202390P2202391P2202393P2202394P2202399P2202404P2202408P2202411P2202413P2202415P2202421P2202422P2202425P2202429P2202435P2202438

      Aujourd'hui, dernier jour de repos pour moi avant de prendre le travail. Et il a fait une journée magnifique : soleil et chaleur (10°) sont au rendez-vous en 20 février 2013. Avant d'aller faire quelques petites courses alimentaires, j'ai sortie l'appareil photo et j'ai sillonné la ville de Marvejols à la recherche de vieilles bâtisses non restaurées. Des maisons qui gardent sur leurs murs les traces de ses anciens habitants.

    Dans cette rue on découvre une vieille échoppe avec son demi-comptoir, une vieille maison à pans de bois, là un lavoir, ici une fenêtre à meneaux... Quelques petites curiosités aussi. Des fois, on a envie de pousser les portes pour découvrir les jardins clos. On lève le nez, et on admire les vieilles poulies qui servaient à hisser le grain dans les greniers.

    Avant que le crépi et les ravalement de façade fassent disparaitre ces témoignages des vies de Marvejolais d'antan.

    Une petite promenade hors du temps...

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    1 commentaire