• P2192366

    Un jour, j'ai trouvé ces deux tableaux. Je ne sais pas pourquoi, je les ai pris, je les aime bien. J'avais pour ambition d'en faire quelques chose. Oui, mais voilà, les années passent et ils sont toujours tels que je les ai trouvés. Aujour'd'hui, je les ai sortie pour leur faire une petite toilette. Les voilà tous frais pour les photos et pour vous rencontrer !

    J'ai pour idée d'enlever les deux portraits et de les remplacer par des esquisses. Je ne sais pas vraiment sur quel thème et même où trouver ces fameuses esquisses.... J'aime particulièrement le cadre en bois ouvragé. Il n'est pas du tout abîmé, ce qui souvent est difficile à trouver  (coins cassés, dégradations du temps...). Je ne compte pas les peindre, j'ai bien le doré. Mais ce n'est pas trop le style de mon intérieur, et j'ai peur de l'effet trop voyant, voir l'effet Versailles.

    Vous allez me demander: mais qui sont ces deux personnes ?  Je n'en ai aucune idée, ils ne sont pas du tout de ma famille. Ils ne sont pas tout jeune, c'est certain - et peut être plus de ce monde. C'est donc un mystère. Les deux esquisses sont faites à la main, on voit bien tous les détails du "fusain" (?)... Bien que je n'ai pas ouvert, derrière il y a d'indiqué ceci: "La Moderne", société des Portraitistes Français - Lecarçon, Weber & Baltazar. 73 boulevard de Clichy - Paris. Petite recherche sur le net, je n'ai rien trouvé sur ces portraitistes parisiens.

    P2192370

    A l'arrière, l'encadrement est tapissé de vieux jounaux d'époque : après avoir lu et relus les articles, j'ai trouvé une petite date 1935. Un journal du sud, car on y parle des maladies des travailleurs du sud, de Sète, de Narbonne...

    Le portrait de Michel est clairement daté de 1907.

    Pour le moment, ces deux illustres inconnus, sont dans ma maison et ils me semblent pourtant familier. Il faudra bien un jour qu'ils quittent leur beau cadre. Mais bizarrement, cela va me faire quelque chose de m'en débarasser. Débarasser... Pour que cela ne soit pas trop douloureux et éviter la case poubelle, peut être que ces deux portraits pourront faire le bonheur d'un collectionneur sur un vide-grenier, ou des archives...

    P2192365P2192364P2192368P2192367


    2 commentaires
  • 2010 (8)Depuis toute petite, j'ai arpentée les vide-greniers. Non pas en tant qu'acheteuse, mais bien vendeuse. Chaque dimanche avant le lever du soleil, mon père et moi étions sur les routes nous rendant dans les petits vide-greniers du département. Dans le froid, sous la pluie, dans le brouillard, sous la chaleur étouffante, on présentait un stand long de 4 à 5 mètres. Chaque jour, on devait décharger et ramasser des objets hétéroclythes : de la vaiselle, du tissus, des boutons, du matériel agricole d'un autre âge, de la ficelle, des cartes postales, des meubles...

    Les journées étaient longues mais j'en profitais pour visiter le village : tour à l'église,du château du coin, visite des petites ruelles... J'ai vue aussi tout types d'acheteurs défiler dans une journée : des brocanteurs du matin, toujours pressés... au petit vieux qui vous machande 50 cts, des acteurs qui recherchent des habits d'époques, des jeunes couples souvent incultes qui s'inventent des utilisations loufoques de certains objets, les je-sais-tout-sur-tout... On en voit passer du monde dans une journée.

    Voici quelques photos que j'ai réalisé il y a quelques années. Ces objets ont sûrement une autre vie maintenant. Si les objets pouvaient parler, ils en auraient des choses à dire... 

    En cliquant sur les photos, vous pouvez les visionner en grand format pour apprécier les détails. Photos  propriétés de ce site Delicieuse®. Si vous souhaitez utiliser les photos, merci de me contacter à dewoitine5@hotmail.fr- Merci.

    2010 (11)2010 (12)

    2010 (17)2010 (3)

    2010 (14)2010 (16)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique